Les plus grands meurtriers: Psychologie des tueurs en série (Obscuria) par Paul Roland

Les plus grands meurtriers: Psychologie des tueurs en série (Obscuria)

Titre de livre: Les plus grands meurtriers: Psychologie des tueurs en série (Obscuria)

Éditeur: La Boîte à Pandore

Auteur: Paul Roland


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Paul Roland avec Les plus grands meurtriers: Psychologie des tueurs en série (Obscuria)

Livres connexes

Sur les traces de tueurs en série, de prédateurs sexuels, de maîtres chanteurs et autres terroristes les plus tristement célèbres

Dans un langage clair, simple, accessible à tous, à la lumière de récits dramatiques et d’expériences vécues par les plus grands profileurs, cet ouvrage vous invite à suivre, voire à mener, l’enquête. Aux côtés d’experts chargés de les traquer, vous allez découvrir qui sont ces prédateurs, comment ils agissent et ce qui motive des hommes, des femmes et même des enfants, apparemment comme vous et moi, à commettre les meurtres les plus abominables et les plus inimaginables.

Enfin, ce travail, outre ses intérêts historique, judiciaire, psychologique, humain, tord encore le cou au mythe du crime sans mobile et met à l’épreuve la croyance populaire qui veut que tous les tueurs soient fous.

Une galerie de récits qui révèlent une nature humaine violente et inimaginable


CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE : 

« Paul Roland a écrit un livre qui fera date… Une approche unique du sujet, une lecture fascinante. Je le recommande vivement. » - Roy Hazelwood, ancien profileur du FBI.

A PROPOS DE L'AUTEUR : 

Paul Roland est né en Angleterre en 1959, il est l’auteur d’une trentaine de livres sur le mysticisme, l’occulte et le crime. Ses livres ont été traduits dans plus de quinze langues.

EXTRAIT : 

À la fin du XIXe siècle, avant le développement du relevé d’empreintes digitales et de la balistique, les vrais détectives en Europe, en Asie et en Amérique faisaient honte à Sherlock Holmes, avec pour seuls outils une loupe et leur curiosité intellectuelle. Au même moment, des pionniers en psychiatrie tels que Richard von Krafft-Ebbing effectuaient les premières incursions dans les tréfonds de la psyché pour essayer de comprendre les troubles mentaux et sexuels anormaux. Mais toutes les tentatives d’explorer l’esprit criminel afin de prévoir ses comportements étaient faussées par des préjugés et des suppositions.

L’enquêteur français Alphonse Bertillon (1853-1914) et le criminologue italien Cesare Lombrosso (1836-1909), par exemple, soutenaient que la criminalité était soit héritée, soit déterminée par les caractéristiques physiques d’un individu. Ce n’est que lorsque le premier tueur en série de l’époque contemporaine rendit les policiers fous qu’ils tentèrent sérieusement de comprendre la personnalité criminelle dans le but d’identifier et d’appréhender un criminel.